Pourquoi tu tousses ?

Un couple dans une cuisine. C’est dimanche matin. Ils viennent de se réveiller, ils sont en pyjama et chemise de nuit, assis devant une table en formica, chacun à un bout de table. Ils prennent leur petit-déjeuner, légèrement renfrognés, surtout elle.

Série de plans fixes sur la table et sur chacun des deux protagonistes.

Elle tousse légèrement. Il lève immédiatement les yeux dans sa direction.
– Tu tousses ?!

Elle le regarde étonnée et un peu en colère (on comprend malgré tout que c’est une scène habituelle entre eux.
– Non, je ne tousse pas (agacée)

Temps d’arrêt.
– Mais si ! tu vois bien que tu tousses.
– Mais de quoi tu te mêles de bon matin ? on vient à peine de se réveiller et c’est parti ! Si je te dis que je ne tousse pas c’est que je ne tousse pas.
– Ah bon ! Alors tu ne tousses pas.

Elle le regarde d’un sale œil :
– Est-ce qu’il serait possible de parler d’autre chose et de me laisser gérer ma toux, ma toux à moi, ou plutôt le fait que je ne tousse pas ? parce que, à t’entendre, on pourrait croire que tu aimerais que je tousse !
– Je ne comprends pas ce que tu racontes. Tu me reproches d’être autocentré et quand je m’intéresse à toi…

Elle l’interrompt :
– Tu ne t’intéresses pas à moi, ça ne s’appelle pas s’intéresser à quelqu’un ça ! ça s’appelle envoyer de mauvaises ondes à quelqu’un, ça s’appelle chercher la petite bête chez quelqu’un, ça s’appelle chercher ce qui ne va pas chez quelqu’un. C’est pas Don Quichotte hein! C’est toujours comme ça avec toi ! Jamais un compliment ! Jamais rien de positif ! Que des trucs négatifs ! On croirait un chien renifleur de merdes! Chez les autres évidemment pour après le leur reprocher bien sûr ! de pas être assez ceci ou assez cela, ou chiante ou pas fiable ou que sais-je d’autre ?! parce que chez toi, il n’y a rien qui ne va pas, rien qui cloche, rien qui refuse de tourner rond ! mais il faut être un robot pour ça ! pour être comme tu es toi ! A tout voir chez l’autre et à tout contrôler chez l’autre et à ne jamais rien avoir qui ne va pas. C’est ça qui est pas normal ! c’est toi ! mes copines elles en ont toutes des trucs qui vont pas, des trucs humains quoi ! comment se fait-il que toi jamais ? comment se fait-il qu’un dimanche matin tu n’aies rien de mieux à faire qu’à me harceler, oui monsieur, me harceler (elle redit ces mots alors qu’il n’a pas marqué de désapprobation ou autre aux termes qu’elle a employés) me harceler avec une toux qui, en plus, n’existe que dans ta tête !

Silence, il ne bronche pas. Il attend qu’elle ait terminé son couplet.

A la fin elle éclate de rire devant son air légèrement penaud et lui dit :
– Allez va ! je ne te hais point !

Il sourit en levant la tête
– Tu as raison ! faut pas se tromper d’ennemi ! Mais quand même, je te trouve bizarre aujourd’hui !

La reproduction de tout ou partie de ce texte sur un support quel qu’il soit est formellement interdite sauf autorisation expresse de l’auteur.